Rendez-Vous de la Bande Dessinée d'Amiens

M. Quintanilha

Invité dans le cadre du coup de projecteur sur les éditions çà et là

Marcello Quintanilha est né en 1971 à Niterói (État de Rio de Janeiro). Autodidacte, il commence sa carrière de dessinateur en 1988 dans la bande dessinée d’horreur, puis travaille dans le dessin animé pendant une dizaine d’années. Il devient ensuite illustrateur pour de nombreux magazines et journaux brésiliens, et publie son premier livre en 1999, « Fealdade de Fabiano Gorila » d’après la vie de son père, joueur de football professionnel dans les années 1950.
En 2002, il signe avec les éditions du Lombard pour réaliser les dessins de la série « Sept Balles pour Oxford » sur des textes de Jorge Zentner et Montecarlo (sept albums publiés à ce jour). En 2009, le recueil de nouvelles « Mes Chers samedis » (Sábado dos Meus Amores) est publié au Brésil. Son premier roman graphique, « Tungstène », publié en 2015 en France aux éditions çà et là, a remporté le Prix du Polar au Festival d’Angoulême 2016 avant d’être adapté au cinéma par le réalisateur Heitor Dahlia. « Talc de Verre » a ensuite été publié en France 2016, puis « L’ Athénée » en 2017 et « Les Lumières de Niteroi » en 2018.

Pozla

 

Pozla a toujours évolué dans le monde du graffiti et de la peinture. Street artist, membre actif du collectif GM, il met depuis de nombreuses années ses talents de patouilleur au service du dessin animé, où il réalise clips et courts métrages. Il coréalise notamment la deuxième saison de la série Lascars.
Bercé par la bande dessinée, il passe enfin le cap qui lui tient tant à cœur, en créant avec son compère EldiabloMonkey Bizness chez Ankama éditions, dont le troisième tome vient de sortir et, Carnet de santé foireuse (éd. Delcourt), qui reçoit le prix spécial du jury à Angoulême en 2016.

Lucy Macaroni

 

Lucie Caron alias Lucy Macaroni (contraction de son nom et de son amour inconditionnel pour les pâtes depuis 1991), est une Illustratrice française native d’Amiens. Le bac en poche (et deux années de faculté d’Arts Plastiques plus tard), Lucy Macaroni part rejoindre Nantes afin de se spécialiser dans le Design Graphique et surtout se consacrer à sa première passion: l’illustration. Colorés, vifs et féminins, ses couleurs et son trait s’inspirent directement d’autres corps de réalisation chers à son cœur, telles que la peinture et la bande-dessinée. L’amitié prend une place conséquente dans son travail: parfois chill, souvent très « Girls power », Lucy Macaroni aime associer ses personnages féminins à des codes culturels qu’elle affectionne, de la culture pop des années 90 à ceux plus street du punk-rock californien.

Ulli Lust

  Invitée dans le cadre du coup de projecteur sur les éditions çà et là

Ulli Lust publie des illustrations dans de nombreux journaux ou magazines et participe à plusieurs ouvrages collectifs de bande dessinée (par exemple « Alltagsspionage », « Pommes d’amour ») ou encore le site d’édition de bandes dessinées en ligne electrocomics. Mais c’est surtout avec la parution de sa bande dessinée « Trop n’est pas assez » (en allemand « Heute ist der letzte Tag vom Rest deines Lebens », littéralement « Aujourd’hui est le dernier jour du reste de ta vie », qu’elle se fait plus largement connaître. Narrant l’épisode de son épopée italienne de deux mois de 1984, ce livre autobiographique, qui lui demandera en tout environ 1380 jours de travail étalés sur quatre ans (sans compter les vacances et le temps consacré à d’autres travaux, ni les quelques mois perdus à devoir redessiner les premiers chapitres), à raison d’une moyenne de trois jours de travail pour chacune des 463 pages du volume, lui vaut un gros succès public et critique, avec plusieurs récompenses prestigieuses, dont le Prix Révélation du festival d’angoulême 2011.

 

Jean-Luc Loyer

Invité dans le cadre de l’exposition Sortir de Terre – Louvre Lens

Diplômé de l’École des Beaux-Arts de Douai en 1984 et de l’École des Beaux-Arts d’Angoulême, il travaille dans l’atelier BD Sanzot, avec Mazan, Isabelle Dethan, Cécile Chicault. Depuis son plus jeune âge, il nourrit une fervente passion pour la bande dessinée. Après quelques années passées à travailler dans le dessin animé, qu’il avoue trouver «plus marrant au départ» (studio IDDH avec les Tortues Ninjas et Lucky Luke, puis Octopussy), il décide finalement de s’adonner à la bande dessinée. Il est tout d’abord rédacteur en chef du fanzine l’Original (numéro 1 et 2), puis effectue un bref passage aux éditions du Cycliste. Son premier ouvrage, Les Mangeurs de Cailloux, est sélectionné au festival d’Angoulême en 1998, dans la catégorie Coup de Cœur. Victor devient vite une série récompensée par les enfants puisque le second tome reçoit le Prix Jeune Public au festival BD Boum de Blois en 1999. Tout en continuant à narrer les aventures de Victor, Jean-Luc Loyer signe une nouvelle série aux éditions Delcourt : Madame La Lune. Destinée aussi aux petits, il laisse ici Nathalie Ferlut au dessin. 

Nicolas Hitori De

 

Nicolas Hitori de est illustrateur depuis 2002. Formé aux ateliers des beaux-arts de la ville de Paris, il publie ses travaux dans la presse jeunesse chez Disney presse ou Milan. Il travaille également dans la publicité et l’édition pour Nathan, Hachette, M6 ou Delcourt. Ses illustrations servent aussi d’identité visuelle à des groupes comme Virgin Princesse. Ses illustrations s’exportent aux USA dans l’édition de bandes dessinées. Après avoir collaboré avec Josh Howard sur la série Dead@17, Il réalise  Spell Checkers sur un scénario de Jamie S. Rich chez Oni press aux États-Unis dont le troisième tome est sorti fin 2013. Cette série n’est pas publiée en France. Il travaille actuellement avec Vanyda sur la série, Mia & co (éd. Dargaud) dont le second tome est sorti en janvier 2018.

Hardoc

 

Diplômé en génie électro-technique et licencié en Arts Plastiques, Hardoc démarre précocement sa carrière comme illustrateur pour une émission jeunesse de France 2, à 15 ans. Il gagne l’ Écureuil d’Or qui récompense le meilleur jeune espoir au festival BD d’Angoulême en 1996.
Hardoc rencontre Régis Hautière dans une association BD d’Amiens et ils décident de travailler ensemble sur Le Loup, l’Agneau et les Chiens de Guerre (Editions Paquet 2004, deux tomes parus). Il a trouvé le temps de participer en mars 2005 au collectif des nouvelles de Jules Verne en bandes dessinées des éditions Petit à Petit. Il a collaboré au journal alternatif FakirHardoc a également participé aux deux collectifs, Cicatrices de Guerre(s) et La crise, quelle crise ?, parus aux éditions de la Gouttière. Actuellement il travaille avec Régis Hautière sur la série La guerre des lulus, dont les 4 premier tomes sont parus chez Casterman.

Olivier Frasier

 

Né à Péronne (80), Olivier Frasier fait ses études à Amiens (bac philo, DEUG d’arts plastiques) puis part à Paris en 1993. Il y fait ses premières armes d’illustrateur dans la publicité, les livres jeunesse, le jeu vidéo, et livre ses premières planches de bandes dessinées dans une revue de science-fiction, puis dans un magazine de bandes dessinées. Grand amateur de cinéma et de jeux vidéo, Olivier est fasciné dès son plus jeune âge par les dessins animés de Walt Disney et de Tex Avery. Olivier Frasier décide alors qu’il fera du dessin son métier. C’est en 2002 que sort son premier album de bande dessinée, le tome 1 de Le Passeur des Étoiles, avec Jewel au dessin et Sofia au scénario. Après trois tomes de cette série, Olivier Frasier participe au collectif, Cicatrices de Guerre(s) (éd. de la Gouttière) et a dessiné le diptyque, Sur les bords du monde, aux éditions Bamboo. Après la réalisation du dernier album de Femmes en résistance (éd. Casterman), il travaille actuellement sur une série avec le scénariste, Joris Chamblain.

David François

 

David François est né en 1983 à Amiens. Autodidacte, il passe sa scolarité à noircir les marges de ses cahiers. Il obtient tout naturellement un bac scientifique, promesse d’une vie sereine et paisible. Malgré une foi sans faille dans cet avenir tout tracé, il garde tout de même son carton à dessins sous le bras et c’est ainsi qu’il croise, au détour d’une librairie, la route de Régis Hautière. De cette rencontre, naitront deux livres, L’étrange affaire des corps sans vie et De briques & de sang, prolongement des lectures policières qu’il affectionne. Parallèlement à son activité de dessinateur et coloriste, il participe de façon active à diverses actions de promotion de la bande dessinée en Picardie par une implication variée au sein de diverses associations locales. Il intervient ainsi régulièrement dans le cadre d’ateliers d’écriture en bande dessinée en milieu psychiatrique, pénitencier ou scolaire. En mai 2016 sort le 2ème tome du diptyque Un homme de joie, sur un scénario de Régis Hautière, aux éditions Casterman. En janvier 2018 est paru, Le vendangeur de Paname (éd. Delcourt), une histoire scénarisée par Frédéric Bagères. Il fait également parti de l’équipe éditorial de la nouvelle revue de bande dessinée picarde, Pierre papier chicon.

J. Duquennoy

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Après des études à l’Institut d’Art d’Amiens et à l’Université de Paris I, il devient, entre autres, agent commercial, éditeur et instituteur. Il sort en 1994 ses premiers livres pour la jeunesse et, depuis, il se consacre entièrement à cette activité. Snowman marque un tournant dans sa carrière. Dans ce livre, Jacques Duquennoy explore pleinement les techniques de narration propres à la bande dessinée.