Rendez-Vous de la Bande Dessinée d'Amiens

Marc Lizano

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Marc Lizano est un auteur qui travaille pour la presse, l’édition jeunesse ou la bande dessinée. En bande dessinée il reçoit un très bon accueil pour L’enfant cachée (éd. Le Lombard), album qui a été primé à de nombreuses reprises et publié dans de nombreux pays, L’île au trente cercueils (éd. Soleil) ou la réédition de La petite famille aux éditions de la Gouttière. Marc Lizano travaille actuellement sur diverses histoires comme la série La pension Moreau (éd. de la Gouttière), sur un scénario de Benoît Broyart, dont le second tome vient de sortir et il scénarise, Père et fils (éd. de la Gouttière), dessiné par Ulf K.

Nicolas Poupon

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Nicolas Poupon débute dans la bande dessinée en 1998. Dès le début des années 2000 il crée Le fond du bocal et Le cri de l’autruche qui sont ses deux séries les plus connues. Ce touche à tout de la bande dessinée, crée des histoires humoristiques, pour la jeunesse ou des œuvres plus adultes. Récemment il réalise deux livres d’illustrations, Fleur de géant et A la croisée, chez Scutella éditions. En 2011, son album Kirouek est republié aux éditions de la Gouttière. Fin 2014 sort Le pigeon de la 11ème heure et en janvier 2015 un carnet de voyages, Ici(s).

Frédéric Maupomé

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Frédéric Maupomé est né en 1974 à Bordeaux. Devant l’impossibilité d’exaucer son rêve de devenir mousquetaire, il se tourne vers des études de mathématiques. Il se rend compte assez rapidement qu’il préfère écrire des histoires pour les enfants. Après avoir rencontré Stéphane Sénégas à Toulouse, il sort son premier bouquin jeunesse, Pirateries en 2004 chez Kaléidoscope. Toujours avec Stéphane Sénégas, il écrit sa première bande dessinée, Anuki, qui sort en 2011 aux éditions de la Gouttière. Entre deux albums d’Anuki il réalise avec Fabrice TurrierLes trois mousquetaires, un album jeunesse édité par Le Vengeur Masqué en 2011. Le tome 6 d’Anukisort en septembre 2016 aux éditions de la Gouttière et le second tome de la série, Supers,avec le dessinateur Dawid aux éditions de la Gouttière, est sorti en août 2016 et a remporté le premier prix jeunesse de l’ACBD.

Léa Mazé

Invitée dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Léa Mazé, après avoir obtenu son diplôme de DMA Cinéma d’Animation avec la mention Excellence à l’école Estienne en 2011, poursuit ses études en bande dessinée et obtient son DMA Illustration.
Son projet d’étude s’intitulait à cette époque L’Âge de raison, qui deviendra finalement Nora.

C’est à tout juste 26 ans qu’elle publie ce premier ouvrage dont les dessins sont d’une qualité déconcertante et les textes d’une incroyable finesse. Une auteure au talent déjà incontestable. En 2018, elle obtient le Prix ACBD Jeunesse pour le tome 1 de sa série Les Croques, paru aux éditions de la Gouttière.

Aude Soleilhac

Invitée dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Aude Soleilhac débute dans la bande dessinée avec Le tour du monde en 80 jours sur un scénario de Loïc Dauvillier dans la collection Ex-libris chez Delcourt. Toujours dans la même collection elle dessine La guerre des boutons sur un scénario de Philippe ThiraultHistoire de poireaux, scénarisé par Marzena Sowa, est paru en mai 2015 chez Bamboo éditions. Elle travaille actuellement sur, Sixtine (éd. de la Gouttière), une série écrite par Frédéric Maupomé.

Dawid

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Après un séjour de quelques années au sein de l’atelier Pop à Tours (collectif de dessinateurs), il rejoint le Cachalot en 2009, l’autre atelier tourangeau qui regroupe des acharnés du dessin comme lui. Il réalise régulièrement illustrations, jeux et bandes dessinées pour la presse jeunesse et agrémente de jolis dessins les manuels scolaires de nos chers bambins. Depuis 4 ans, il collabore aussi chaque semaine pour le quotidien régional la Nouvelle République. Il est aussi coloriste, principalement sur les bandes dessinées du dessinateur Mickaël Roux et les contes cruels publiés dans le mensuel Lanfeust Mag.
Il publie deux nouveautés en avril 2014, Passe-passe aux Éditions de la Gouttière sur un scénario de Delphine Cuveele et La belle et la bête chez Bamboo. Il a dessiné récemment, Dessus Dessous et Pas de deux, deuxone shot scénarisés par Delphine Cuveele puis Supers, une série scénarisée par Frédéric Maupomé dont le tome 4 est sorti en août 2018. Pour le second tome de Supers ils ont remporté le premier Prix Jeunesse ACBD.

Stéphane Sénégas

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Stéphane Sénégas a étudié à l’école Émile Cohl de Lyon. De là, est sorti un artiste complet : peintre, graphiste, dessinateur de presse… qui travaille aussi bien pour la publicité, que pour le dessin animé, la bande dessinée ou l’édition jeunesse. Il publiera aux éditions Kaléidoscope ses premiers albums. Aujourd’hui, sa bibliographie compte près d’une quinzaine d’albums dont le très remarqué Pourquoi les libellules ont le corps si long ? aux éditions Kaléidoscope. Pirateries, scénarisé par Frédéric Maupomé, qui reçoit également les honneurs de la sélection du Ministère de l’Éducation nationale. On le découvre dans le monde de la bande dessinée avec le collectif, Lyon quartiers BD, chez Glénat, puis en 2007 chez Danger Public avec Mon père chasseur de monstres. En 2011, on le retrouve, avec Frédéric Maupomé au scénario, sur Anuki, dont le tome 8 est sorti en 2018.

J.-P. Peyraud

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Jean-philippe Peyraud est né en 1969 à Poitiers.

Après avoir publié chez plusieurs éditeurs indépendants de bande dessinée, il est l’auteur, notamment, de la série Premières chaleurs chez Casterman, de Grain de Beauté chez Treize étrange/Glénat  et L’inversion de la courbe des sentiments chez Futuropolis 

Il a scénarisé Le désespoir du singe pour Alfred (Delcourt) et La fleur dans l’atelier de Mondrian pour Antonio Lapone (Treize étrange/Glénat).

Il a collaboré avec les écrivains Marc Villard (Quand j’étais star et Happy slapping chez Casterman, J’aimerais être un saint mais bronzé chez Treize étrange/Glénat) et Philippe Djian (Mise en bouche et Lui chez Futuropolis).

Il est également illustrateur pour la presse ( PhosphoreL’entreprise, Système D, Elle…) et la publicité.

Dernièrement il s’est associé à Catherine Romat pour créer la série Mon iPote & moi (2 tomes parus chez Tourbillon). Celle-là même avec qui il a réalisé Linette !

Olivier Supiot

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Dessinateur de la série jeunesse, Marie FrissonOlivier Supiot réalise également des œuvres pour adultes comme Le dérisoireFéroce ou plus récemment Un amour de Marmelade. En 2014 il réalise seul, La patrouille des invisibles, et un livre d’illustration, L’enfance de Mammane, avec Jean-Claude Gallotta et Claude-Henri Buffard. Plus récemment, il réalise deux bandes dessinées jeunesse, Pieter et le lokken (éd. Delcourt), scénarisée par Olivier Ka et Le cheval qui ne voulait plus être une œuvre d’art (éd. Delcourt). Actuellement il travaille sur une nouvelle série jeunesse, Lili Crochette (éd. de la Gouttière), scénarisée par Joris Chamblain.

Ulf K

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Ulf K. est né en 1969 à Oberhausen. Il a étudié le design de communication à l’université d’Essen.
Au cours de ses études, il a passé quelques mois entre 1995 et 1996 à Paris chez ESAG Penninghen. Avec d’autres étudiants Allemands, Ulf K. a fait le merveilleux fanzine « Spunk », qui a été vendu par différentes librairies de bande dessinée et le « Trou Gaulois » à Paris.

De retour en Allemagne, il réalise de nombreuses bandes dessinées avant d’être publié par de petits éditeurs. Sa première bande dessinée « Der Mondgucker » (1998) a été publiée en 2000 par « La Comédie Illustrée » comme « La première Étoile ». 
En 2004, le prix « Max and Moritz » pour le meilleur artiste comique germanophone a été décerné à Ulf K. 
En 2014, Ulf K.  dessine une version comique de « Geschichten von Herrn Keuner » de Bertolt Brecht, publiée en France par L’Arche Editeur en 2015. Ulf K. vit avec sa femme et ses deux fils à Düsseldorf.

Lucile Thibaudier

Invitée dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Lucile Thibaudier est une illustratrice d’albums jeunesse, dans la presse et dessinatrice de bandes dessinées depuis 2006. Dès l’enfance, elle se plaît à dessiner des éléments du monde qui l’entoure. Elle aime déjà représenter des animaux. Après quatre ans passées à l’école Émile Cohl de Lyon, elle collabore en 2013 avec le scénariste Joris Chamblain pour la parution du tome 1 de Sorcières, sorcières aux éditions Bac@Bd. C’est en janvier 2015 que les éditions de la Gouttière publient le premier tome d’Enola et les animaux extraordinaires

Thomas Priou

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Dessinateur pour plusieurs magazines, Thomas Prioucrée des histoires depuis l’enfance. Son premier livre de bande dessinée, Chat s’en va (éd. Carabas), sur un scénario d’Arnaud Floc’h, sort en 2008. Récemment, il a dessiné la série Alexandrine, sur un scénario d’Yves-Michel Schmitt aux éditions Casterman. Actuellement, il dessine, Trappeurs de rien (éd. de la Gouttière), sur un scénario d’Olivier Pog, dont les quatrième tome est sorti en mars 2018. Il dessine également l’adaptation en bande dessinée de The lapins crétins (éd. Les deux royaumes), scénarisée par Thitaume.

Greg Blondin

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Passionné de dessin depuis son plus jeune âge, Greg Blondin fait ses armes à l’école d’animation Pivaut à Nantes. De retour à Amiens il intègre le studio 2HB sous la direction de Noredine Allam. En découlera une collaboration riche de plusieurs albums ( Maisha, 3 tomes du Muslim’show). En parallèle il travaille avec les éditions de la Gouttière sur les albums Cicatrices de guerre et La Crise, quelle crise ? et continue de développer de nouveaux projets. Il travaille actuellement sur une nouvelle série avec Dominique Zay au scénario, Les enquêtes « polar » de Philippine Lomar (éd. de la Gouttière), dont le troisième tome sort en juin 2018.

Régis Hautiere

Invité dans le cadre de l’exposition Traces de la Grande Guerre

Régis Hautière est né à Fougères (Bretagne). Diplômé en maitrise de philosophie, il passe son DESS (diplôme d’étude supérieur spécialisé) en système informationnel. Habitant à Amiens, il a longtemps fait partie de l’association « On a Marché sur la Bulle », qui organise les rendez-vous de la bande dessinée. Il est désormais aux commandes du destin de nombreuses séries de bande dessinée. Ce scénariste travaille aussi bien avec la fine fleur des auteurs amiénois (HardocFraco ou David François) qu’avec des auteurs espagnols ou italiens (comme Antonio Lapone ou Walther Taborda, par exemple). Depuis quelques années il scénarise la célèbre série Aquablue (éd. Delcourt) avec Reno au dessin. Il a travaillé avec Philippe Berthet sur Perico, histoire en deux tomes éditée chez Dargaud. Il vient de terminer la série, La Guerre des Lulus (éd. Casterman), avec Hardoc. Toujours à la recherche de nouvelles histoires, récemment, il crée avec Arnaud Poitevin une nouvelle série, Les spectaculaires, dont le 3e tome est sorti en août 2018 aux éditions Rue de Sèvres et Les trois grognards (éd. Casterman) avec Fred Salsedo.

Damien Cuvillier

Invité dans le cadre de l’exposition Traces de la Grande Guerre

Damien est un tout jeune auteur picard. Passionné de dessin depuis toujours, il a, il y a quelques années maintenant, rencontré l’association « On a Marché sur la Bulle » dans le cadre d’un atelier d’écriture auquel il participait. Il a continué son bonhomme de chemin et gagne en 2006 le Prix Régional de Bande Dessinée au festival d’Amiens. Depuis il avance, vite, très vite, et collabore à plusieurs projets BD (Cicatrices de guerre(s)Les artistes s’engagent contre le SidaContes inuits en bande dessinée etc.) par le biais d’histoires courtes, s’implique dans l’association Les Dessin’acteurs et livre enfin en 2010 non pas un mais deux albums, d’abord Les Sauveteurs en mer, chez Vents d’Ouest, puis tout de suite après, le tome 1 deLa Guerre secrète de l’espace, scénarisé par Régis Hautière, aux éditions Delcourt. Espionnage, guerre froide, Baïkonour, le tout dans les années 1950… Il a terminé la série, Les souliers rouges, en 2015, aux éditions Bamboo. Actuellement, il travaille avec le scénariste, Régis Hautière, sur une série basé sur Luigi, un personnage de La Guerre des Lulus.

Aude Samama

Invité dans le cadre de l’exposition Traces de la Grande Guerre

Aude Samama est née à Paris en 1977. Elle a étudiée à l’École Supérieure de l’Image d’Angoulême où elle a publié, dans le collectif Au Fil du Nil, une ébauche d’En Série, son premier livre. Marquée particulièrement par l’Expressionisme allemand comme par Alberto Breccia ou Lorenzo Mattotti, elle se retrouve aussi dans l’univers du roman noir de James Ellroy, Hubert Selby Jr. et Bret Easton Ellis. On l’a vue dans les pages du magazine Bang et son nouveau livre, L’Intrusion, paraît en janvier 2008 au Signe noir des éditions Rackham. Elle travaille à un projet en coopération avec le scénariste Jorge Zentner, elle réalise également des illustrations pour la presse ou des couvertures de livres.

Max de Radiguès

Né en Belgique en 1982, Max de Radiguès est auteur de bande dessinée, éditeur à l’Employé du Moi et chez Sarbacane. Il écrit et dessine pour les jeunes et les adultes.

En septembre 2009, il était invité pour un an de résidence au prestigieux Center for Cartoon Studies, à White River Junction – Vermont, au côté notamment de James Sturm et Jason Lutes. Il a raconté son année de résidence dans son livre Pendant ce temps à White River Junction paru chez Six Pieds sous Terre, qui a fait partie de la sélection officielle du festival international de la bande dessinée d’Angoulême 2012.

En plus de ses livres, Max de Radiguès est très attaché à la pratique du fanzinat. Ses projets, comme L’âge dur et Orignal et Bâtard paraissent en fanzines mensuels envoyés par la poste aux lecteurs avant de devenir des livres.

M. Standjofski

Invitée dans le cadre de l’exposition Beyrouth : Portrait d’une utopie


Auteure libanaise, Michèle Standjofski, réalise depuis 1977 des illustrations pour la publicité, la presse et l’édition. Enseignante de bande dessinée depuis 1992, c’est en 2017 qu’elle publie aux éditions Des ronds dans l’O, Toutes les mers.

Alex Baladi

Invité dans le cadre de l’exposition Beyrouth : Portrait d’une utopie

Alex Baladi est né à Vevey en Suisse le 11 juillet 1969. Il est diplômé de la Faculté de Lettres de l’Université de Genève et de l’École Supérieure d’Études cinématographiques de Paris (1992). Il a réalisé bon nombres d’affiches et d’illustrations pour des brochures publicitaires, pochettes de CD, articles de presse (Le courrier, La tribune de Genève). Il s’est également occupé des décors de plusieurs pièces de théâtre, notamment l’Othello monté par le Theatro Malandro à Genève en 1995. Il fait paraître ses premières planches (des histoires courtes) dans Sauve qui peut de 1991 à 1993, et publie deux albums chez Atoz. Il réalise de 1994 à 1996 le fanzine Toujours Content. Alex Baladi apprécie tout particulièrement Moebius et Crumb. C’est également un grand amateur de westerns spaghetti.

Condette

Invité dans le cadre de l’exposition Jeux & BD

Frédérick Condette commence dans le milieu du jeu en 2000 comme graphiste chez Rackham, où il travaille sur les jeux de figurines Confrontation et Ragnarok. En 2004, il est responsable des gammes Wizkids (HeroclixMage KnightMage Knight DungeonMechwarrior) chez Tilsit Éditions, puis chez Asmodée Éditions de 2005 à 2007, où il est également responsable du jeu organisé pour Pokémon et Dungeon Twister.

De 2007 à 2011, il est responsable du secteur jeu de plateau chez Hazgaard Éditions (EollisOkkoPocket RocketDraco MundisNostra CityTimelineCadwallonla Cité des VoleursTakenokoAlien Menace, etc.) De 2011 à 2013, Frédérick travaille comme graphiste indépendant, notamment pour les jeux M6 comme NCISBatmanLapins Crétins. Depuis 2013, il gère sa propre maison d’édition, The Red Joker.

HUB

Invité dans le cadre de l’exposition Jeux & BD

Né à Annecy en 1969 sous le nom d’Humbert Chabuel, Hub a toujours voulu faire de la bande dessinée. Il passe son Bac à Lyon et enchaîne sur une école de dessin qui ne le convainc pas. En 1992, il débarque à Paris comme designer pour travailler avec Luc Besson sur Le 5e élément. Il côtoie Moebius, Mézières… Il crée avec un associé la société « Oki Doki », véritable label artistique qui travaille pour la publicité, les jeux vidéo ou l’habillage d’émissions de télévision. Mais la BD lui apporte plus de liberté et c’est avec un réel plaisir qu’il réalise scénario et dessins d’Okko. Il voue une admiration méritée à des auteurs tels que Hergé, Myazaki ou Michetz. 

David Prudhomme

Invité dans le cadre de l’exposition Les Sumos et le concert dessiné

David Prudhomme commence sa carrière d’auteur alors qu’il est encore étudiant dans la section bande dessinée de l’école d’Angoulême. Il démarre la série Ninon secrète (éd. Glénat) en 1992 avec le scénariste Patrick Cothias. Sa première collaboration  avec Pascal RabatéLe jeu du foulard, est éditée aux éditions Charrette en 2001. En 2003, est édité aux éditions Delcourt, La tour des miracles, sur un scénario d’Étienne Davodeau. Il travaille de nouveau avec Pascal Rabaté sur le diptyque, La Marie en plastique (éd. Futuropolis). Par la suite, il travaille seul sur Rébétiko (éd. Futuropolis) qui reçoit de nombreux prix à Angoulême, Saint-Malo… Son livre le plus récent, Mort & Vif (éd. Futuropolis) est sorti en février 2017, avec Jean-François Hautot.

Laurent Durieux

Invité dans le cadre de l’exposition Blake et Mortimer

Travaillant en tant que designer indépendant depuis 1994, Laurent Durieux est remarqué en 2011 avec son affiche François à l’Americaine, créée à l’occasion d’une exposition commémorant l’œuvre du génial réalisateur Jacques Tati, qui lui permit d’intégrer la liste des 200 meilleurs illustrateurs établie par le magazine Lürzer’s Archive, puis d’être contacté par plusieurs éditeurs et galeries américaines dont la très prestigieuse galerie Mondo basée à Austin au Texas pour laquelle il réalise depuis des affiches alternatives de film. Il travaille actuellement à la mise en couleurs de l’album de la série Blake et Mortimer dessiné par François Schuiten sur un scénario de Thomas Gunzig et Jaco Van Dormael.

Jaco van Dormael

Invité dans le cadre de l’exposition Blake et Mortimer

Jaco Van Dormael est un cinéaste belge. Après des études de cinéma (prise de vues et réalisation) à l’INSAS (Bruxelles) et Louis-Lumière (Paris), il devient metteur en scène de théâtre pour enfants et clowns.  Figure du cinéma belge avec les frères Dardenne, il a réalisé deux longs métrages, Toto le Héros (César du meilleur film étranger et Caméra d’or à Cannes en 1991) et Le Huitième jour (double prix d’interprétation masculine à Cannes en 1996), qui révèlera Pascal Duquenne et changera durablement la vision de la société à propos des personnes handicapées. Jaco Van Dormael retourne au théâtre durant une dizaine d’années avant de sortir, en 2009, son film Mr. Nobody, qui remporte le Prix de la meilleure contribution technique au 66ème Festival International du cinéma de Venise.

Il travaille actuellement au scénario de l’album de la série Blake et Mortimer  avec Thomas Gunzig dessiné par François Schuiten et mis en couleur par Laurent Durieux.

Edmond Baudoin

Invité dans le cadre de l’exposition Traces de la Grande Guerre

Edmond Baudoin publie ses premiers courts récits de BD dans le Canard Sauvage en 1974, puis dans Circus, Pilote et l’Écho des Savanes. Civilisation, son premier album chez Glénat en 1981, recueille une partie de ces premiers travaux de recherche. Approfondissant son graphisme impressionniste et suggestif, il publie ensuite une série d’ouvrages décoiffants chez Futuropolis : Les sentiers cimentés (1981), Passe le temps (1982), La peau du lézard (1983), Un flip coca (1984), Un rubis sur les lèvres (1986), Le premier voyage (1987), Le Portrait (1990), Couma Aco (1991). Lorsque cet éditeur est repris par les éditions Gallimard et se limite à la mise en valeur de textes littéraires, il illustre des œuvres de Le Clézio, Tahar Ben Jelloun et Jean Genet. L’artiste se tourne ensuite vers les petits éditeurs alternatifs qui commencent à foisonner en marge de la production traditionnelle et obtient l’Alph’Art du meilleur scénario à Angoulême en janvier 1997. S’interrogeant régulièrement sur la relation qu’entretient un artiste avec son œuvre, Edmond Baudoin est un conteur intimiste et fortement autobiographique.

Véro Cazot

Véro Cazot est scénariste de BD. Autrice du diptyque humoristique « Et toi, quand est-ce que tu t’y mets ? » (2011-2012), avec Madeleine Martin, elle poursuit son chemin chez Casterman avec « Betty Boob » (2017) en compagnie de Julie Rocheleau. L’album reçoit le prix BD Fnac. 

Thomas Gilbert

Après des études aux Beaux-Arts de Paris et l’Institut Saint-Luc de Bruxelles, Thomas Gilbert, dessine la série Bjorn le Morphir, pour les éditions Casterman, rééditée aux éditions Rue de Sèvres, avec Thomas Lavachery. Il continue son aventure dans la bande dessinée avec Oklahoma Boy aux éditions Manolosanctis. Récemment, il a crée, seul, Vénéneuses, aux éditions Sarbacane et il a dessiné l’adaptation, en bande dessinée, des romans de Michel HonakerOdyssée, scénarisée par Roger Seiter, aux éditions Flammarion. Sauvage ou la sagesse des pierres, sort aux éditions Vide Cocagne, en octobre 2016. Il vient de publier aux éditions Sarbacane, Nordics tome 1, avec Fabien Grolleau au scénario et de conclure la série Bjorn le Morphir (éd. Rue de Sèvres).

Nicolas Pitz

Auteur bruxellois, Nicolas Pitz fait ses études à l’institut Saint-Luc. Il débute sa carrière avec Luluabourg (éd. Manolosanctis). Dernièrement il a adapté en bande dessinée le roman de Larry WatsonMontana 1948 (éd. Sarbacane) et La bobine d’Alfred (éd. Rue de Sèvres) avec Malika Ferdjoukh.

Axelle Lenoir

Née en 1979 à Notre-Dame-du-Lac au Québec, Axelle Lenoir quitte son village natal à l’âge de 16 ans pour aller étudier les arts au cégep de Sainte-Foy. Voulant approfondir sa première passion, le dessin, elle se dirige vers Rivière-du-Loup où elle suit une formation en dessin-animé traditionnel. Un an plus tard, diplôme en poche, elle est engagé dans une boîte de jeu vidéo où elle travaille 4 ans sur divers projets allant de l’animation, au game design (design pour jeux), jusqu’à la direction artistique. Alors que des problèmes financiers forcent l’entreprise à fermer son département d’animation, Axelledécide de se réorienter vers la bande-dessinée. Ses raisons: contrôler chaque étape de production. Après un an de vaines tentatives et un web comic (Rocky-Rocket), Axelle, dont le but était de trouver un éditeur sur le vieux continent, finit par trouver preneur en Suisse, aux éditions Paquet. En 2005, Mertownville devient sa première série publiée professionnellement. La série connait une fin abrupte en 2007 et Axelle part donc à la recherche d’un nouvel éditeur. L’année qui suit, après avoir participé à un collectif, Front-Froid, Dargaud Benelux le signe pour son projet Luck, racontant l’histoire d’un jeune adulte du même nom, maniaque de graffitis, un peu perdu dans la vie.

Texte © Dargaud

Jean Dytar

Jean Dytar est né en 1980. Dans son premier album Le sourire des marionnettes  (éditions Delcourt/Mirages), paru en 2009 et réédité en 2016, il transpose au cœur de l’Iran du XIe siècle une réflexion sur le déterminisme religieux et la liberté humaine. En 2014, il explore dans La Vision de Bacchus  (Delcourt/Mirages) l’univers des peintres de la Renaissance vénitienne. Point commun de ces deux ouvrages : un travail d’orfèvre où rien n’est laissé au hasard. Chaque mot, chaque choix graphique accompagne et sert l’histoire pour plonger dans un monde à la fois cohérent et dépaysant, où se mêlent réflexions et émotions. En mai 2018 sort son troisième album, Florida  (Delcourt/Mirages), dans lequel il aborde cette fois des projets coloniaux français et anglais en Amérique du Nord au temps de guerres de Religion. Tout autant qu’un récit d’aventure, c’est un récit intimiste centré sur la relation d’un couple. C’est aussi une réflexion sur les images : cartographiques ou de botanique, ethnographiques ou de propagande… 

Texte : Delcourt

A. Ducoudray

Invité dans le cadre de l’exposition Bots

Aurélien Ducoudray est né en 1973 à Chateauroux et vit dans un petit village de l’Indre. Titulaire d’un bac économie et d’une licence d’anglais ratée, Aurélien Ducoudray a touché à toutes les facettes du journalisme. Photographe de presse, journaliste rédacteur écrit, journaliste reporter de télévision, on lui doit de nombreux documentaires. Après Championzé (avec Eddy Vaccaro, Futuropolis, 2010) et La Faute aux chinois (avec François Ravard, Futuropolis, 2011), il travaille en ce moment sur différents projets, dont une autre biographie de boxeur avec Eddy Vaccaro sur Young Perez, et Bekame avec Jeff Pourquié pour les éditions Futuropolis.

Jeux et BD : Okko Chronicles

Exposition créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Cette année, à l’occasion de la sortie du jeu Okko Chronicles, HUB et sa série Okko seront à l’honneur au sein de l’espace Jeux et Bande Dessinée. L’ouvrage narre les aventures d’un groupe de chasseurs de démons mené par le personnage Okko, un rônin sans maître, au coeur d’un Japon médiéval dévasté par des guerres de clans. Dans l’espace, retrouvez une exposition des illustrations de HUB ainsi que des tables de jeux qui vous permettront de découvrir ce jeu, en compagnie du dessinateur mais aussi du créateur du jeu, Frédérick Condette.

J’ai 10 ans !

Exposition collective créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Il y a 10 ans, l’association On a Marché sur la Bulle se lançait dans l’aventure de l’édition de bandes dessinées jeunesse, encouragée par de nombreux auteurs rencontrés lors des Rendez-Vous de la Bande Dessinée d’Amiens. Il y a 10 ans, naissaient les éditions de la Gouttière. Cette année, nous fêterons cet anniversaire avec un espace jeunesse aux couleurs de la maison d’édition amiénoise. Venez déambuler dans la galerie des originaux, jouer avec les héros des albums, découvrir le bureau des éditrices, assister à une animation sous la tente ou rencontrer l’un des 24 auteurs présents. Il y en aura pour tous les goûts et pour tous les âges !

Le Concours bande dessinée CROUS « Révolution »

Le CROUS Amiens-Picardie organise chaque année, en partenariat avec le réseau des CROUS et sous l’égide du CNOUS, des concours ouverts aux étudiants dans différents domaines artistiques, dont la bande dessinée. Cette année, pour la première fois, les planches des finalistes de la section bande dessinée seront exposées à la Halle Freyssinet.

Sortir de Terre – Louvre Lens

Après Le Grand A., enquête quasi sociologique consacrée au groupe Mulliez et à la vie autour des supermarchés Auchan, Xavier Bétaucourt au scénario et Jean-Luc Loyer au dessin récidivent, en s’intéressant cette fois au Louvre-Lens. Après un travail de terrain et d’enquête, au contact des riverains, des responsables du musée et de nombreux autres acteurs de la vie lensoise, ils nous proposent, 10 ans après la création de cet objet singulier, de réfléchir à ce que cette implantation a amené au territoire et à ses habitants.

Indie americans

Les maisons d’éditions Çà et là et L’employé du Moi et Cultures Maisons, festival dédié aux structures d’édition et de diffusion de bande dessinée de création et d’oeuvres graphiques et narratives, rassemblent dans cette exposition une quinzaine d’auteurs indépendants édités au Canada et aux États-Unis par des maisons d’éditions comme Fantagraphics ou Drawn & Quarterly. Les auteurs explorent, à travers planches originales et fanzines, les raisons de l’intense activité de la small press nord – américaine.

Le concours régional de bande dessinée

Exposition créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Chaque année, l’association propose aux amateurs de bande dessinée de se glisser dans la peau d’un auteur en participant au Concours régional de bande dessinée, dont le thème de cette édition est « Ma mamie a quelque chose de spécial ». Les meilleures planches de chaque catégorie sont exposées lors du temps fort des Rendez-Vous.

Les expositions des projets éducatifs et des étudiants

Exposition créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Les deux prix proposés par le service éducatif de l’association, le Prix bande dessinée des collégiens de la Somme et le Prix Révélation Bande Dessinée des lycéens Hauts-de-France, font l’objet d’expositions au sein de la manifestation. Elles mettent en lumière les albums de leur sélection à travers des techniques de création de la bande dessinée. Les Licences 3 «Métiers de la bande dessinée» s’exposent également sur le festival. C’est une occasion privilégiée de découvrir les travaux des étudiants et se renseigner sur le cursus.

Bots

Exposition créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Venez découvrir l’univers de BOTS au travers d’une exposition ludique et scénographiée !
Visite au musée, découverte de la décharge, petite pause au Diner, tel est le programme que nous vous proposons pour découvrir le travail d’Aurelien Ducoudray et Steve Baker.

Blake et Mortimer – Le dernier pharaon

Exposition créée par l’association On a Marché sur la Bulle

Grand admirateur d’E.P. Jacobs, créateur de Blake et Mortimer, François Schuiten, Grand Prix d’Angoulême, scénographe, illustrateur et dessinateur du Cycle des Cités Obscures, s’attaque à un mythe. Avec Jaco Van Dormael et Thomas Gunzig au scénario, il va livrer en mai 2019 un album de Blake et Mortimer, véritable événement sur lequel le mystère, si cher à Jacobs, est pour l’instant bien préservé !

Sylvain Savoia

Né à Reims le 30 septembre 1969, Sylvain Savoia copine avec Jean-David Morvan, lui-même né dans la même ville le 28 novembre 1969. Ils abordent ensemble la BD dans le fanzine Hors Gabarit en 1985. En 1989, tous deux s’inscrivent aux cours de l’École Saint-Luc à Bruxelles. Durant ces trois années de perfectionnement, Savoia collabore au magazine Zygus et publie quelques planches dans le mensuel Jet que les éditions du Lombard ont ouvert aux débutants. Sur un scénario de Morvan, Savoia publie en 1993 son premier album, « Reflets perdus », aux éditions Zenda. Cette firme ayant été rachetée par Glénat qui, surpris par le succès d' »Akira », souhaite publier des mangas à l’européenne pour étoffer son catalogue naissant dans ce domaine. Savoia introduit dans l’équipe Philippe Buchet, directeur artistique d’une agence de communication spécialisée dans la BD d’entreprise, et va partager avec lui le dessin des deux premiers tomes de la série « Nomad » (« Mémoire vive » en 1994, puis « Gai Jin » en 1995) sur scénarios de Morvan. Savoia reprendra ensuite seul le dessin des trois volumes suivant (« Mémoire morte », « Tiourma », « Mémoire cachée », de 1996 à 2000 chez Glénat). Pour assurer la régularité de leurs productions, Morvan, Buchet et Savoia fondent en octobre 1994 à Reims l’atelier 510 TTC où s’intègrent également le dessinateur Tranktat et le duo des coloristes Christian Lerolle et Franck Gureghian, surnommés les Color Twins. Parallèlement à la réalisation de « Nomad », Savoia œuvre fréquemment depuis 1996 dans la publicité, les affiches, la communication d’entreprise et les livrets de formation professionnelle. Toujours avec son complice Morvan au scénario, il lance en 2003 la série policière « Al’Togo » chez Dargaud en 2003. C’est néanmoins sa compagne, Sowa Marzena, qui va l’inciter en 2004 à illustrer les souvenirs de sa jeunesse passée en Pologne et il s’élabore un tout autre style graphique pour la série « Marzi », dont « Petite Carpe » sera le premier volume en 2004 aux éditions Dupuis. Des histoires pleines de charme, d’humour et d’exotisme pour le public franco-belge habitué dès la naissance à l’abondance dans tous les domaines.

Texte © Dupuis

Hugues Labiano

Hugues Labiano commence sa carrière, en réalisant Matador (éd. Glénat), une série écrite par Gani Jakupi. Il revient ensuite à sa véritable passion en réalisant Dixie road (éd. Dargaud), avec Jean Dufaux, et Mister George (éd. Le Lombard), avec Rodolphe et Serge Le TendreStephen Desberg lui propose, en 2005, Black OP (éd. Dargaud), une série consacrée à des agents de la CIA. L’aventure s’achève en 2010, avec la parution du tome 6… mais c’est pour mieux reprendre en 2014, avec le début d’un deuxième cycle ! En 2012, il signe seul les deux épisodes des Quatre coins du monde (éd. Dargaud). En 2016, il reprend l’aventure de L’étoile du Désert (éd. Dargaud), aux côtés de Stephen Desberg, avec la parution en aout du troisième tome de la série qui se présente comme un préquel au dyptique original. Le quatrième tome de la série est sorti en octobre 2017.

Joris Chamblain

Invité dans le cadre de l’exposition Les 10 ans des éditions de la Gouttière

Joris Chamblain né en 1984, décide très jeune qu’il sera auteur de bande dessinée. Après six ans passés dans un fanzine, il scénarise La recherche d’emploi dans la collection Ciboulot des éditions Bac@BD.

En 2011, il signe chez Soleil pour la série Les carnets de Cerise qu’il réalise avec Aurélie Neyret dans la collection Métamorphose. Le quatrième tome de cette remarquable série, La déesse sans visage, est sorti en 2016.

Avec Lucile Thibaudier, il lance Sorcières, sorcières, série reprise récemment par les éditions Kennes, puis la série Enola et les animaux extraordinaires dont le 2ème tome est sorti en 2016 aux éditions de la Gouttière.

Récemment, il participe au scénario de Yakari (éd. Le Lombard) et crée une nouvelle série avec Olivier Frasier aux éditions Vents d’Ouest.

Jean Dufaux

Jean Dufaux est l’auteur d’une oeuvre importante comprenant près de 200 titres, une oeuvre originale, à l’écart des modes, plus complexe qu’il n’y paraît : « Complainte des landes perdues, Double masque, Murena, Rapaces, Djinn, Croisades, Barracuda, Sortilèges, Loup de Pluie, Le Bois des vierges, Conquistador, … » Le monde de Jean Dufaux s’orchestre autour de quelques thèmes récurrents qui structurent ses récits : le pouvoir et la folie, la solitude et ses miroirs, les égarements du temps, les blessures du passé. Cette mosaïque immense qui ne refuse ni les jubilations du roman-feuilleton ni les ellipses cinématographiques se veut avant tout une oeuvre de plaisir, d’enchantement, au sens féerique et occulte du terme. Ces albums, vendus à des millions d’exemplaires, couronnés par de nombreux prix et récompenses, diffusés dans une douzaine de pays (Europe, Japon, Etats-Unis), elle déploient leurs charmes, se parant du graphisme des meilleurs européens et s’appuyant un art du dialogue qui épouse et repousse l’image dans un même mouvement.

David Périmony

David Périmony est un auteur de bande dessinée amiénois, qui après s’être découvert une soudaine passion pour la salade de chicon, a co-créé la revue de bande dessinée picarde Pierre Papier Chicon. Suite à une reconversion professionnelle, il intègre à la faculté des arts d’Amiens, la première promotion du diplôme universitaire : «Création bande dessinée» . Il y fonde en 2014 avec ses camarades de promotion, une structure associative nommée La hutte du déhu. Il publie et accompagne des revues BD étudiantes à travers La hutte du déhu & La niche du déhu. En 2016, il publie Les Carnets de la hutte, le mook des créateurs d’images locaux, disponible dans les librairies amiénoises. Il est aussi illustrateur et collabore lui et ses crayons à plusieurs projets.

Theo

Theo est né à Vinci en 1973. Il poursuit ses études à la « Scuola Internazionale di Comics » de Florence de 1994 à 1997, en 1998 commence sa collaboration avec Inklink, renommé atelier d’illustration italien. Depuis 2003 il travaille sur « Le Trône d’Argile ».

Texte © Delcourt

TaDuc

Français d’origine vietnamienne, Olivier TaDuc est né à Perreux-sur-Marne le 5 mars 1962. Après avoir abordé les études de médecine, il bifurque vers les arts plastiques et rencontre Dieter qui lui écrit quelques scénarios d’histoires complètes pour le magazine TRIOLO (La Forêt de Nouhaud, à partir de 1986). La réalisation d’un ouvrage publicitaire lui est commandée par le Syndicat des Eaux de France (La Légende du porteur d’eau, 1987). Séduit par un artiste qui réalise régulièrement un album annuel et évolue vers un style de plus en plus original, Le Tendre lui propose de créer ensemble une série sur un thème qui pourrait lui être cher. TaDuc souhaite relier ses deux sujets de prédilection : le western et les arts martiaux, d’où l’idée de développer un personnage chinois participant à la conquête de l’Ouest américain et montrant certaines coulisses, pas toujours très glorieuses, de celle-ci. Après s’être quelque peu documenté sur l’immigration chinoise en Californie, Le Tendre s’enthousiasme pour une matière aussi riche en éléments dramatiques peu exploités et le premier Chinaman paraît en 1997 aux Humanoïdes Associés. Quelque peu perdue dans le catalogue futuriste de l’éditeur, cette remarquable reconstitution historique passe en 2001 aux éditions Dupuis avec son cinquième titre, les quatre précédents et les volumes ultérieurs que l’on peut espérer nombreux et de parution très régulière. TaDuc a su se forger un style qui le range parmi les grands maîtres réalistes du genre : Jijé, Giraud, Hermann.

Texte et photo © Dupuis

C. Lecorsier

Après de longues études de cinéma et une spécialisation en animation, en parallèle avec une formation d’art appliqué, je me suis tourné vers la bande-dessinée en répondant à un appel à projet. Ce fut le début de notre entreprise à Emmanuel et moi. Mon style est un mélange entre l’héritage de mes parents, qui m’ont dispensé de mes premiers cours, et d’influences artistiques classiques et contemporaines. Le polar, l’horreur et la SF faisant partit de mon éducation, l’alchimie a très vite fonctionné. D’autres projets sont en court et permettent d’étancher ma créativité et ma curiosité tous azimuts.

Texte © Y.I.L. éditions

Nuria Sayago

Argentine, diplômée en mode à l’Université du Buenos Aires, Nuria Sayago a été la première représentante de son pays dans le Carrousel du Louvre pour le Concours International des Jeunes Créateurs de Mode. Professeur de vêtement pour cinéma, théâtre et télévision dans les diverses Universités de la Capitale Fédérale. Elle s’est rendue à Barcelone où elle a vécu quinze années, et après avoir travaillé pour la télévision espagnole (TVE) comme costumière, commença une carrière dans le monde des couleurs à travers l’animation de la série du Disney Channel «Juanito Jones». Elle vit désormais en France où elle travaille comme coloriste pour différents éditeurs, tels que Soleil, Albiana, Bamboo, Dark Dragon Books, Titan Comics ou encore Delcourt. Elle a collaboré avec des dessinateurs tels que Thierry Gioux pour Hauteville House (depuis le tome 11),Mike Ratera (Kabur, Independance Day II), Michel Espinosa, Sandro (Kirsten), Roberto Viacava (Oracle T8) sans oublier Iñaki Holgado, pour Aio Zitelli 1.

Texte © Auteur

Dominique Roques

Invitée dans le cadre de l’exposition Pico Bogue

Dominique Roques, mère d’Alexis Dormal, est née en 1948 à Casablanca, paresse jusqu’en 2005. Entre temps elle a eu deux fils, dont l’un s’est mis à dessiner. Donc, en 2005, après s’être intéressée aux dessins de son fils, elle réfléchit et décide de passer à l’action en faisant des bulles.

Texte © Dargaud